JE VOUS SALUE, MARIE.

 

Je te salue, je te reconnais. Il y a un lien entre toi et moi, je te nomme par ton nom. Nous avons quelque chose en commun, un peu comme tous ceux qui partagent le même chemin, comme les marcheurs de Dieu, comme les pèlerins de la paix, comme des serviteurs de Dieu. Nest-ce pas dé par- que tu es image de toute l’Eglise ?
 
Marie : ton nom qui veut dire à la fois « Dame », femme importante (alors que toi- même tu te veux simplement au service du Seigneur, mais Dieu élève les humbles) et aussi « celle qui voit », qui perçoit en profondeur le sens des choses. Nest-ce pas justement ta grandeur, dans cette perception de la vraie échelle des valeurs aux yeux de Dieu ? Et ce nom (en prénoms simples, dérivés ou compos) me met en communication, en communion avec tant dautres, hommes et femme
 
Pleine de grâce, pleine de beauté : ce quil y a de beau en toi, ce qui est courant de vie, de vie divine qui passe par toi, qui rayonne en toi.
 
Le Seigneur est avec toi : comme l’ange, je reconnais et jexprime que Dieu est présent dans ta vie, comme il l’était pour Moïse, pour Jérémie, comme Jésus l’annonce pour ses disciples à la fin de l’évangile selon saint Matthieu.
 
Tu es bénie entre toutes les femmes : Elisabeth te l’a dit, à toi, l’humble servante, mais je le crois aussi : tu es choisie, comme nous le sommes tous, par l’amour de Dieu, qui espère une réponse et une action, selon nos circonstances particulres de vie. Toi, tu as enriné ce choix, avec toutes les conséquences qui pouvaient en découler, et par là, tu es première parmi nous.

Et Jésus, le fruit de tes entrailles, est béni : tu las porté et mis au monde, lui, le
Béni. Et nous pouvons, comme toi, Image de l’Eglise, continuer à le mettre au
monde.
 
 Sainte Marie : cest par tout ce qui précède que tu es sainte, que tu vis de Dieu, que tu participes à sa sainte. « Tous les âges te diront bienheureuse. »
 
Mère de Dieu : pour moi, Jésus nest pas seulement homme : Dieu se montre, serévèle, se rend présent en lui.
 
Prie pour nous : ce nest pas toi qui serais comme une déesse, accordant arbitrairement telle ou telle faveur, mais c’est dans la communion des saints que je madresse à toi (comme quand  quelquun  dit :  « Je  prie  pour  toi »  ou  « Je  prie  avec  toi »),  et,  à  propos  de communion, ce nest pas que pour moi que je prie, cest « pour nous ».
 
Pauvres pécheurs : nous reconnaissons nos limites, nos faiblesses, nos besoins daides pour pouvoir répondre à lamour de Dieu. Mais, au fond, si nous sommes pauvres, ne sommes-nous pas dé en route vers la premre béatitude ?
 
 Maintenant et à l’heure de notre mort : en ce moment-ci, qui est le plus important, puisque cest le seul sur lequel nous ayons prise, et aussi à ce moment essentiel quest la fin de notre vie sur la terre.

 Amen : oui, tout cela, c’est important pour moi, pour nous !
 
Christian Deduytschaever Responsable du Centre El Kalima
Centre chrétien pour les relations avec l'Islam (Bruxelles)

Date de création : 08/05/2013 @ 07:57
Dernière modification : 08/05/2013 @ 08:54
Catégorie : Méditations et prières - Textes
Page lue 278 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !