Vatican II – Lumen Gentium (rencontre du 27 novembre 2012)

 

Le 27 novembre dernier environ trente personnes étaient réunies, à l’invitation de l’Equipe d’Animation Paroissiale, avec Anne Lemire du service « Foi » du diocèse d’Angers. Certains avaient participé à la rencontre du 15 mai : « L’Eglise ! Quelles représentations j’en ai ? » (Le Lien de St François n°37 de juillet).
 
Le thème de ce soir était : « L’Eglise et sa mission, lecture en Eglise de la constitution dogmatique Lumen Gentium ».
Anne Lemire a d’abord rappelé les objectifs de la soirée :
· Nous rencontrer pour dialoguer en Eglise
· Réfléchir à notre façon de penser l’Eglise
· Nous confronter avec les textes conciliaires. Et oser lire ces textes
La soirée s’est passée en plusieurs étapes.
 
1- Présentation de Vatican II
C’est le 25 janvier 1959, à la fin de la célébration de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, que Jean XXIII annonce son désir de convoquer un Concile Œcuménique.
 (Concile : assemblée convoquée par le Pape pour réfléchir et travailler ensemble. - Œcuménique : toutes les nations sont représentées.)
 
Cette annonce faite par un Pape « de transition » trois mois seulement après son élection surprend tout le monde. Pour Jean XXIII il s’agit d’un « aggiornamento » de l’Eglise, pour une adaptation de l’Eglise au monde contemporain ; il faut changer pour entrer en dialogue avec le monde.
 
Après la fin de la 2ème guerre mondiale le contexte des années 1960 est la méfiance vis-à-vis du communisme, la guerre froide USA / Cuba, la fin du colonialisme, la prise en compte des horreurs de l’holocauste, l’essor économique des « trente glorieuses », les sciences humaines progressent, l’exégèse sur la bible se développe.
 
Jusque là un Concile était réuni quand il y avait une crise dans l’Eglise ou quand il y avait des questions à répondre. Il fallait, alors, parler au monde et dire la foi de l’Eglise.
Pour Jean XXIII il n’y a pas de crise mais il y a “urgence".
 
Vatican II est le 21ème Concile Œcuménique. Lors de son ouverture le 11 octobre 1962 Jean XXIII fixe les objectifs :
· Promouvoir le développement de la foi catholique
· Promouvoir la vie chrétienne
· Vie ecclésiale pour notre temps adaptée aux méthodes modernes
· Transmettre la doctrine catholique sans l’affaiblir
Vatican II est le premier Concile qui ne prononcera pas d’anathème !
Tout ce qui est l’humanité, l’Eglise l’aime.
 
Le Concile rassemble 2500 évêques (32% européens, 23% latino-américains, 8% africains, 7% du bloc communiste,….) représentant 116 nations.  2198 journalistes sont accrédités.
 
Le Concile dure 4 ans, 4 sessions de 10 semaines. La préparation a duré 2 ans ½. Tous les évêques ont été interrogés sur les questions à aborder, elles ont donné lieu à des textes préparés par 10 commissions.
 

A la fin du Concile 16 textes ont été adoptés dont 4 constitutions :

  •   Constitution sur la Sainte Liturgie (Sacrosanctum Concilium) 4/12/63
  •   Constitution dogmatique sur l’Eglise (Lumen Gentium) 21/11/64
  •   Constitution dogmatique sur la révélation divine (Dei Verbum) 18/11/65
  •   Constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps (Gaudium & Spes) 7/12/65
Pour montrer son désir d’ouverture dès 1962 Jean XXIII est sorti de la Cité du Vatican pour se rendre à Assise et à Lorette. Le voyage de Paul VI en Terre Sainte qui lui a succédé en 1963 a ouvert les visites papales aux communautés chrétiennes du monde.
 
La Constitution dogmatique sur l’Eglise, Lumen Gentium, a été promulguée le 21 novembre 1964 par le Pape après que les évêques l’aient adoptée par 2151 voix pour et 5 contre.
 
2 — Temps de lecture et de réflexion personnelle à partir de deux passages de Lumen Gentium.
 
Voici une partie du premier passage :
« Chapitre premier : Le Mystère de l’Eglise
 
1/ Le but de la Constitution sur l’Eglise
 
Le Christ est la lumière des peuples ; réuni dans l’Esprit Saint, le saint Concile souhaite donc ardemment, en annonçant à toutes les créatures la bonne nouvelle de l’Evangile répandre sur tous les hommes la clarté du Christ qui resplendit sur le visage de l’Eglise (cf. Mc 16,15). L’Eglise étant, dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c'est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain, elle se propose de mettre dans une plus vive lumière, pour ses fidèles et pour le monde entier, en se rattachant à l’enseignement des précédents Conciles, sa propre nature et sa mission universelle. »
 
Ce travail personnel s’est conclu par une mise en commun sur les deux questions suivantes :
Pour moi qu’est-ce que l’Eglise ? Différents aspects ont été évoqués : Peuple (baptisés ou pas ?), peuple en marche, peuple hiérarchisé, peuple de pécheurs, signe visible du Christ, Corps du Christ…
Quelle est la mission de l’Eglise ? Quelques propositions faites : reflet de la lumière du Christ, témoins paisibles et joyeux habités par le Christ, promotion de la Foi, service des autres, annoncer l’Evangile, rendre actuel la Bonne Nouvelle, faire se manifester l’Amour…
 
3 — A partir des questions soulevées par la lecture de ces deux passages des échanges avec Anne Lemire ont permis d’éclairer quelques points :
Lumen Gentium = Lumière des peuples. Cette lumière c’est le Christ et non l’Eglise.
Réuni dans l’Esprit Saint, L’Eglise œuvre dans l’Esprit Saint, les pères conciliaires « travaillent dans l’Esprit Saint ». La mission n’appartient pas à l’Eglise, elle est reçue du Christ.
Ainsi lorsque l’on fait quelque chose on doit se poser la question : « dans quel esprit ? », c’est d’abord dans l’Esprit Saint.
Le sacrement, par du visible, dit quelque chose de l’invisible.
 

L’Eglise, dans les textes du Concile il y a de nombreuses figures pour la définir, elles sont toutes fortes mais toutes imparfaites. Aucune ne saurait dire à elle seule le Mystère de l’Eglise.

 
Se plonger ou se replonger dans ces textes, crayon en main, pour une lecture lente, montre leurs richesses et leurs actualités. Osons les lire !
 
Deux dates ont été prises pour prendre ou reprendre contact avec la Constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde de ce temps (Gaudium & Spes) le mardi 19 février et le mardi 9 avril à 20h30 à St Sylvain. Notez-les, il n’est pas nécessaire d’avoir participé aux précédentes rencontres.
Michel Castiglioni
 

Date de création : 10/05/2013 @ 07:57
Dernière modification : 10/05/2013 @ 07:58
Catégorie : Pour se former - Articles
Page lue 380 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !