LE MORTIER DE L'AMOUR

Toi, qui au détour d'un voyage

Viens à passer dans nos pays, dans nos régions,

Toi qui admires la beauté de nos maisons,

Toi dont le regard est rempli de la couleur chaude de la pierre.

As-tu pensé à celui qui, du matin au soir,

Sous le soleil brûlant de l'été, ou dans le froid glacial de l'hiver,

A posé ces pierres les unes après les autres, donnant à chacune sa place ?

As-tu pensé à celui qui a taillé les angles, la clef de voûte,

Quand la passion et l'amour se confondaient

Au savoir-faire, à la précision du coup de taillant bien dosé ?

lien_page1_image1.jpg

    Prendre ces pierres dans la main, les tourner, les retourner

    Qu'à force les doigts y laissent un peu de leur peau,

    Deviennent rouges et craquellent...

Ici, il n'y a pas de miracles.

Ces pierres-là, avant qu'elles deviennent

Du bon pain sur la table familiale, il en faut des heures de travail...

Pierre d'ici et pierre d'ailleurs,

De la Bretagne à l'Italie, du Nord et du Midi,

De l'Allemagne au Portugal... à chacune son enracinement.

Pierre jaune, blanche, rouge, noire... à chacune sa couleur.

Pierre tendre, dure, tranchante, facile à tailler... à chacune son caractère.

Comme la pierre dans les mains du maçon

Laisse-toi regarder par les yeux amoureux du Père,

Rends-toi disponible dans les mains laborieuses du Fils,

Laisse-toi façonner par le savoir-faire, l'expérience de l'Esprit.

                                   Prends appui sur la Pierre Angulaire qui s'appelle Jésus-Christ.

                                   Oh oui ! Cette pierre-là, surtout ne la jette pas avec les gravats.

                                   Elle est précieuse cette pierre, solide, bonne à bâtir,

                                   Promise depuis longtemps, très longtemps, venue de très loin,

                                   Extraite du cœur même d'un peuple, façonnée par des vies d'hommes,

                                  De femmes, de croyants, de prophètes....

Cette pierre, elle a pris toutes les couleurs du monde

En jaillissant hors du tombeau au matin de Pâques...

   Alors, quel que soit ton lieu d'origine, Quelle que soit la couleur de ta peau,

   Quels que soient tes qualités et tes défauts....

   Tu as ta place parmi les hommes et, relié à eux par le mortier de l'amour,

    De la solidarité, tu peux construire un monde beau, solide.

    Alors je ne te dis pas l'allure qu'il peut avoir ce monde....

Un prêtre ouvrier


Date de création : 26/07/2014 @ 17:54
Dernière modification : 26/07/2014 @ 17:54
Catégorie : Méditations et prières -
Page lue 146 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !