Solidaires avec Haïti 6 ans après le séisme (soirée du 11 mars)

    En cette soirée du vendredi 11 mars, à l’invitation des équipes locales du Secours Catholique, du Ccfd-Terre Solidaire et des collégiens, nous sommes venus à près de 80 dans la très belle salle de l’Hopiteau à Brain sur l’Authion. Nous partageons d’abord le repas, avec des plats apportés par chaque convive et des desserts préparés par les jeunes collégiens des paroisses Saint-François et Saint-Jean.

   Ensuite le frère Michel Bernard, membre de l’équipe de bénévoles du Secours Catholique chargée de l’international et ayant vécu une quinzaine d’années à Haïti, nous a présenté différentes facettes de la vie dans ce pays. Après un rappel des grandes lignes de l’histoire et du contexte géopolitique. Il nous fait découvrir, avec l’appui d’un reportage vidéo, la dure réalité de la vie de jeunes «restavecs», petits «esclaves » actuels de ce pays où la majeure partie de la population est issue de l’esclavage et de la traite négrière. Estimés à 400.000, ces enfants font le ménage et la cuisine dans des familles de classe moyenne, nourris des restes du repas et ayant juste un carton pour petit lit. Leur famille pense qu’ils auront ainsi une possibilité de sortir de la misère et d’avoir une vie meilleure parce que qu’ils seront scolarisés en contrepartie de leur travail domestique. En fait, ils font bien le trajet jusqu’à l’école mais c’est juste pour emmener (parfois porter sur leur dos) les enfants de la famille, mais eux restent à la porte et repartent très vite à leurs tâches ménagères. Lorsqu’ils vont à l’école, c’est dans des conditions souvent déplorables (classes surchargées, pas de matériel). Michel Bernard présente ensuite le travail d’associations qui essaient d’extraire ces enfants de leur situation et, si possible, leur permettre de retrouver leur famille et/ou le vrai chemin de l’école. Plein d’énergie, Michel évoque comment il a lui-même dirigé quelques années une « école de la rue » (centre de formation professionnelle) à Port-au-Prince.

   Une seconde vidéo présente comment les aides du Secours Catholique et la coordination entre de nombreuses associations contribuent à la reconstruction de ce pays anéanti par le dramatique séisme du 12 janvier 2010 qui a fait plus de 300 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abris. Reconstruire écoles, dispensaires et tous les autres bâtiments utiles à la vie sociale est bien sûr indispensable, mais il faut aussi prévenir du choléra, essayer de développer l’agriculture vivrière et favoriser le reboisement afin que le pays ne dépende plus uniquement de l‘aide interna-tionale. Face à tous ces besoins, les dons de la soirée (330 au total) représentent une goutte d’eau … mais les petites gouttes d’eau font les grandes rivières.

   Pour la fin de leur soirée, la vingtaine de jeunes collégiens présents ont, quant à eux, découvert un jeu solidaire sur le thème du commerce alimentaire mondial. Ce jeu a pour but de faire prendre conscience des mécanismes du commerce mondial et de ses conséquences possibles sur les inégalités.

Tous, nous avons ainsi vécu une soirée de partage, remplie d’amitié et d’émotion. Même si nous pouvons parfois nous sentir démunis face à de tels défis pour un pays comptant parmi les plus pauvres de la planète, s’informer et essayer de comprendre les situations est déjà une première étape dans le partage et la solidarité.

Jean-Marie pour l’équipe d’animation

lien_page5_image3.jpg

lien_page5_image5.jpg

lien_page5_image4.jpg

lien_page5_image2.jpg

lien_page5_image1.jpg

lien_page6_image9.jpg

lien_page6_image7.jpg            lien_page6_image6.jpg               lien_page6_image8.jpg


Date de création : 24/04/2016 @ 11:35
Dernière modification : 24/04/2016 @ 11:35
Catégorie : Les mouvements de solidarité -
Page lue 86 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !